Aimee Semple McPherson (1890-1944)

Partager cette page : 

Aimee Semple McPherson est une figure emblématique de ces mouvements.

Canado-américaine, elle est née en 1890. Elle se convertit à 17 ans lors d’une conférence de réveil animée par Robert J. Semple qu’elle épousera quelques mois plus tard.

Jeunes mariés ils s’embarquèrent alors pour une campagne d’évangélisation en Chine. Son mari mourut à Hong-Kong des suites d’une dysenterie. Elle accoucha d’une fille un mois après.

Elle rentra alors aux Etats-Unis et travailla avec sa mère à l’Armée du Salut. En 1912 elle se remaria avec Harold S. McPherson. Ils eurent un enfant l’année suivante.

Durant cette période elle sentit qu’elle rejetait son appel à prêcher. Elle traversa une période difficile avec une détresse émotionnelle et des troubles obsessionnels compulsifs. Un matin de 1915 son mari rentra de son travail de nuit et découvrit qu’elle avait quitté la maison avec leur enfant.

Quelques semaines plus tard, il reçut une lettre de sa part pour l’inviter à la rejoindre dans son travail d’évangélisation. Il la rejoignit dans le but de la ramener à la maison, mais lorsqu’il la vit épanouie il décida de rester avec elle pour poursuivre le travail d’évangélisation. Néanmoins en 1918 ils se séparèrent et le divorce fut prononcé en 1921.

En 1916 elle entreprit  une tournée dans le sud des Etats-Unis dans sa “Voiture de l’Evangile”. Après la séparation de son mari, elle continua avec sa mère qui s’occupa de toute l’organisation y compris les finances.

Lors des meetings elle organisait une pièce séparée pour que les personnes qui présentaient des signes tels tremblements, cris, etc… n’importunent et ne fassent fuir le reste de l’auditoire.

Fin 1918 elle s’établit à Los Angeles et loua la plus grande salle qu’elle put trouver, le Philharmonic Auditorium (3’500 places).

Très imaginative, elle trouva divers moyens pour récolter des fonds pour construire une “méga-église”, comme par exemple la vente de “sièges” pour laquelle l’acquéreur recevait une chaise miniature et l’invitation à prier pour les personnes qui s’assiéraient sur la chaise.

Comme le pentecôtisme n’était pas très populaire dans les années 20 aux Etats-Unis, elle ménageait l’audience principale en réduisant au minimum les aspects comme le parler en langues et les guérisons.

Influencée par son enfance avec sa mère auprès de l’Armée du Salut, elle s’investit beaucoup pour les causes charitables.

Elle avait un grand sens de la scène et ses sermons étaient de véritables shows. Elle utilisait également activement tous les moyens disponibles à l’époque, comme la radio.

En 1926 elle disparut soudain alors qu’elle était sur une plage. Elle réapparut 5 semaines plus tard en prétendant avoir été enlevée par 2 hommes et une femme. Elle expliqua avoir réussi à s’enfuir et avoir marché des heures dans le désert avant de trouver du secours. Les policiers ne crurent cependant pas à sa version des faits, car ni sa robe ni ses chaussures ne présentaient la moindre trace d’une marche dans le désert. Il s’ensuivit une longue procédure juridique qui aboutit de justesse à un non-lieu. Les journaux de l’époque couvrirent les événements de manière intensive, au vu de la personnalité d’Aimée McPherson. La version de cette disparition qui fut la plus évoquée est une escapade amoureuse avec un de ses techniciens (marié), qui avait étrangement disparu le même jour.

En 1927 des tensions avec sa mère apparurent au grand jour et cette dernière initia un “vote de confiance”  des collaborateurs contre sa fille, mais elle perdit. Néanmoins 300 membres du choeur quittèrent en même temps que sa mère.

Malheureusement les responsables qui reprirent les tâches de sa maman ne furent pas aussi capables et l’organisation se trouva en difficultés financières après avoir investi dans des projets contestables comme des hôtels, des cimetières et la vente de terrains . En 1929 sa mère fut appelée à la rescousse, mais en raison de désaccords perpétuels avec sa fille, elle quitta à nouveau en 1930.

Aimee McPherson subit une dépression nerveuse et fut absente durant 10 mois.

En 1931 elle se maria une nouvelle fois, avec un artiste. Ce mariage se solda par un divorce 3 ans après.

En 1936 il y eut à nouveau d’importantes difficultés financières, cumulées avec des tensions internes, au sein de son église. Il s’ensuivit des poursuites judiciaires réciproques entre Aimee McPherson et un autre évangéliste, Splivalo, qui travaillait depuis de nombreuses années avec elle. La fille d’Aimee McPherson l’attaqua également. Sa mère fut également impliquée dans ces disputes. La fille gagna son procès, tandis qu’un arrangement extrajudiciaire fut trouvé avec Splivalo.

Finalement la mère, la fille et Splivalo quittèrent l’organisation.

Par la suite un administrateur compétent fut engagé et il put régler les quelque 40 poursuites judiciaires à l’encontre de l’église.

N’étant plus distraite par d’autres sujets, Aimee McPherson poursuivit ses prédications de manière intensive.

Charlie Chaplin assistait secrètement à certaines occasions et l’aidait à améliorer ses présentations.

Elle décéda en 1944 d’une surdose de somnifères, accident ou suicide, aucune réponse ne put être donnée. Elle utilisait des somnifères depuis de nombreuses années, car elle souffrait d’insomnie. Parmi les médicaments retrouvés dans sa chambre d’hôtel, on trouva un puissant barbiturique qui ne lui avait pas été prescrit. La provenance n’a pu être déterminée.

Durant toute sa carrière, sa vie fut émaillée de scandales financiers et amoureux, elle faisait régulièrement l’objet de rumeurs. De même il y avait régulièrement des disputes et tensions avec sa famille et son entourage.

Lors de sa carrière à Los Angeles, elle était l’une des personnalités les plus en-vue du moment.

 

Lien : un article de la BBC qui relate quelques épisodes de sa vie (en anglais)

Partager cette page : 

Restez informé !
Inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles

Vous serez ainsi informé des nouveaux articles. Vous ne recevrez pas plus de 2 mails par mois et pourrez vous désabonner en tout temps.

English