William Marrion Branham (1909-1965)

Partager cette page : 

Bill Johnson dit ceci (en défendant Todd Bentley) :

« Si je mentionne ce nom, William Branham, dans certains cercles, ils veulent presque me jeter des pierres car William Branham est connu pour des hérésies vers la fin de sa vie. Et pourtant il y a peu d’hommes qui ont vécu, peut-être même aucun, qui avait la même onction et la puissance que cet homme avait. »

William Branham débuta son ministère en 1947 après une visite qu’il aurait reçue d’un ange, ange qui lui aurait fait cette promesse : Si tu amènes les gens à te croire rien ne résistera à tes prières, pas même le cancer.

Il affirmait aussi détenir de cet ange deux dons surnaturels :

  • le premier était : « le signe dans la main » par lequel il disait pouvoir détecter les maladies d’une personne qui venait à lui, en lui saisissant la main droite. Il prétendait pouvoir ainsi dire au malade quel était son problème et susciter sa foi pour sa guérison.
  • le second don était « le discernement des cœurs » (Jean 4:17-18) : lorsqu’une personne s’avançait dans la ligne de prière, William Branham priait pour elle. Il affirmait que « l’ange de l’Éternel » lui apparaissait, lui permettant de donner des détails concernant sa vie, l’origine et la nature exacte de sa maladie.

Il rejetait l’enfer éternel, indiquant que « le pécheur serait tourmenté en enfer, sous le regard de Dieu et des saints anges… mais pas pour toujours. Il ne peut être tourmenté pour toujours. Pour toujours (forever) ne signifie pas tout, pour tous les temps. L’éternité est pour toujours, l’éternité n’a ni début ni fin. Mais pour toujours (forever) est un espace-temps. »

Il prétendait également que le serpent avait eu une relation sexuelle avec Eve, dont Caïn était le résultat.

Il était également un partisan du « Oneness », qui prétend qu’il n’y a qu’un seul Esprit divin, qui se manifeste de différentes manières incluant le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

William Branham prétendait lui aussi être l’Elie de Malachie, qui annonce le second retour de Jésus Christ. A tel point que lorsqu’il décéda le 24 décembre 1965 des suites d’un accident de voiture, sa famille reporta l’ensevelissement jusqu’en avril de l’année suivante. Ceci très probablement dans l’espoir d’une résurrection.

Partager cette page : 

Restez informé !
Inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles

Vous serez ainsi informé des nouveaux articles. Vous ne recevrez pas plus de 2 mails par mois et pourrez vous désabonner en tout temps.

English